13/11/2012

Gabon: 5ème Conseil d`Orientation de l`Agence Nationale des Grands Travaux (ANGT)

gabon,ali bongo,libreville,paris,france,bénin,sénégal,cameroun,congo,togo,mali,centrafique

gabon,ali bongo,libreville,paris,france,bénin,sénégal,cameroun,congo,togo,mali,centrafique


Libreville - 13 Novembre 2012 . La 5eme séance du Conseil d`Orientation de l`ANGT s`est tenue ce 13 novembre 2012 sous la présidence du Chef de l`Etat, Ali Bongo Ondimba en présence du Premier Ministre Raymond Ndong Sima et de plusieurs Ministres, de Membres du Cabinet Présidentiel  et des Directeurs généraux des départements budgétaires et financiers.

 

Le Président Ali Bongo Ondimba a exprimé sa satisfaction pour le travail abattu en deux ans depuis la création de cet outil indispensable à la mise en œuvre du Gabon Emergent et félicité le Directeur General Henri OHAYON et toute son équipe.

 

La Réunion de bilan et d`orientation a été également l`occasion de mesurer l`impact et la méthodologie structurante bâtie par l`ANGT, maitre d`ouvrage délégué pour les grands travaux par leurs montants et leur complicité pour tous les ministères concernés.

 

Le Conseil a permis a travers le rapport détaillé qui lui a été présenté d`apprécier l`importance de cet outil pour pouvoir mener à bien les chantiers au meilleur coût et selon les règles de l`art avec une prise en compte dès le départ de toutes les dimensions transversales

 

A ce titre l`ANGT a aidé à la réalisation d`une série d`études nécessaires à bâtir les cahiers des charges et à lancer les études, contribuant par une telle démarche et de tels investissements a la baisse des coûts.

 

L`expérience accumulée en deux ans a démontré la nécessite d`une plus grande Mobilité administrative avec possibilité d`un va et vient entre l`ANGT et les Administrations pour davantage de fluidité, de cohérence, d`efficacité et de résultats avec un ensemble de projets majeurs dans des secteurs clés de développement :

 

-          logement et habitat,

-          santé,

-          éducation : 11750 places de plus, nouvelles constructions, rénovation

-          routes

-          eau et assainissement

 

Apres l`énorme défi  tenu de l`organisation de la CAN avec ses effets induits sur plusieurs secteurs, 2012 aura été une année tremplin avec un accent sur la démarche qualité et la sécurité. L`instauration d`une boite à outils se généralise et les procédures (contractualisation, bons de commande,  suivi, contrôle et réception des travaux) s`adaptent et s`enrichissent du constat et du diagnostic à partir des réalités du terrain.

 

Les bureaux de contrôle et laboratoires agréés jouent leur rôle plus et mieux avec une présence permanente sur les sites des projets.

 

Au niveau de l`impact des petits projets, conformément a la vision du Chef de l`Etat de promotion de l`entreprenariat,  les PME locales sont favorisées. Aujourd`hui 149 d`entre elles sont utilisées par l`ANGT, grandissent, poussent et s`améliorent fortement avec plus de 6000 ouvriers en œuvre sur les chantiers.

 

Le Conseil a noté la nécessité d`accélérer le processus de paiement  tout en respectant les procédures en vigueur avec le support déjà réel et la synergie de la Direction Générale du Budget, de la Direction Générale des Marchés Publics et de la Trésorerie Payeur General.

 

Le Conseil a fait le point sur les divers projets sectoriels et sur les projets transversaux comme le Champ triomphal (Port Mole), tous prioritaires car de grande utilité publique.

 

Au moment où Mr Jim DUTTON prend le relais d`Henri OHAYON, les perspectives sont rassurantes et encourageantes car l`ANGT devrait atteindre sa vitesse de croisière en 2013 notamment en matière de logements, des routes et de nouvelles sources de croissance.

 

La finalité restera, comme le Président Ali Bongo Ondimba l`a rappelé fort opportunément l`efficacité au delà des intérêts particuliers, avec davantage de coopération et de partenariat, de croissance et de création d`emplois.

 

Le Premier Ministre Raymond Ndong Sima a exprimé son engagement et sa grande disponibilité à travailler avec l`ANGT et ses dirigeants en plus grande synergie pour un travail dans l`intérêt collectif. Cela passera par des réunions formelles et régulières pour capitaliser sur les résultats et les amplifier.

 

 

Le Gabon Emergent

Depuis l’élection du Président Ali Bongo Ondimba en septembre 2009, le Gabon est entré dans une ère de changement grâce à une ambitieuse politique de réformes. Longtemps dépendant de ses exportations de matières premières, le Gabon est aujourd’hui déterminé à diversifier son économie et devenir un pays émergent à l’horizon 2025 grâce à une stratégie de développement durable baptisée Gabon Emergent. Cette stratégie repose sur trois piliers :

 

·le Gabon Vert pour valoriser durablement le formidable écosystème gabonais - 22 millions d’hectares de terres agricoles exploitables, 13 parcs nationaux, 800 kilomètres de littoral maritime – à travers l’industrie du bois, l’agriculture et l’écotourisme;

 

·le Gabon Industriel pour promouvoir la valorisation locale des matières premières, l'exportation de produits à forte valeur ajoutée et la diversification de l’économie nationale ;

 

·le Gabon des Services pour valoriser les ressources humaines gabonaises avec l’objectif de devenir une référence régionale dans les services financiers, les nouvelles technologies de l’information, les métiers de l’économie verte, de l’enseignement supérieur et de la santé.

Concrétisation de la politique de réformes et d’ouverture du pays, le Gabon a attiré plus de quatre milliards de dollars d’investissements directs étrangers en 2010 dans le cadre de la signature de contrats avec des entreprises américaines, asiatiques et européennes.

A PROPOS DE L`ANGT

Instituée par l’Ordonnance 004/PR/2010 du 15 Février 2010, l’Agence sera au cœur de la programmation, de l’identification et de la maitrise d’ouvrage des grands projets et travaux publics classés prioritaires par le Chef de l’Etat.

 

L`objectif est d`amorcer une nouvelle phase s’amorce à divers niveaux pour accélérer le processus d’aménagement global du territoire, de conception, suivi, exécution et

 

Le Gabon s’est attaché récemment le partenariat et l’expertise de Bechtel avec La signature  d’un important accord d’assistance le 2 septembre 2010.

Bechtel est en effet la première entreprise américaine de travaux publics. Fondée  depuis 112 ans, elle emploie plus de 40 000 personnes dans près de cinquante pays et s’est distinguée dans la construction de plusieurs autres grandes réalisations comme le tunnel sous la Manche, la ville de Jubail  ou le Kingdom Center en Arabie saoudite, l'aéroport international de Hong Kong ou encore la reconstruction de l'infrastructure civile de l'Irak financée par l'agence des États-Unis pour le développement international (USAID).

Pour plus d’information, merci de visiter www.presidentalibongo.com ou contacter www.cocom.rggov.org


| Commentaires (0) | 19:28 | |  Facebook | | | Tags : gabon, ali bongo, libreville, paris, france, bénin, sénégal, cameroun, congo, togo, mali, centrafique | | Lien permanent

05/11/2012

Gabon: Les chantiers de l’émergence ont tués l'opposition

gabon,ali bongo,libreville,paris,france,bénin,sénégal,cameroun,congo,togo,mali,centrafique


Depuis quelque temps, pour masquer leur honte de n’avoir pas pu faire oeuvre utile au profit du développement du pays et face aux efforts que ne cesse de déployer le président Ali Bongo Ondimba pour réaliser les grands projets destinés à moderniser et à aménager harmonieusement le territoire national, les leaders de l’opposition font plutôt grise mine.

Cela, en marmonnant que ces projets ont été programmés par lesdits opposants lors qu’ils étaient au gouvernement ou à de hauts postes de responsabilité publique.

Une hérésie lorsqu’on se souviendra toujours que ces leaders mentent grossièrement et tentent de tromper le peuple gabonais qui n’est nullement dupe.

Car comme l’affirment certains observateurs de la scène politique nationale, « non seulement certains de ces grands chantiers en cours ont été conçus et projeté, à l’époque, par feu le président Omar Bongo Ondimba, mais en plus ce sont ces actuels leaders de l’opposition qui se sont avérés incapables de les réaliser. »

A cet égard ce ne sont pas des gens de l’acabit de MM. Zacharie Myboto, André Mba Obame, Jean Eyéghé Ndong, Casimir Oyé Mba, Pierre Claver Maganga Moussavou, Jules Aristide Bourdès Ogouliguendé et bien d’autres de leurs compères de l’Union des forces du changement (UFC) qui nous démentiront.

Du fait que, pour la plupart d’entre eux, ils ont été aux avant-postes des départements ministériels juteux tels que les Travaux publics, l’intérieur, la Planification, la Fonction publique ou l’Education nationale.

Et cela, pendant que MM. Oyé Mba et Eyéghé Ndong étaient même arrivés jusqu’au rang de Premier ministre du défunt président Omar Bongo Ondimba et chef du gouvernement.

Aussi, en ces temps où ils étaient si puissamment installés aux commandes des affaires de l’Etat, c’est à se demander « pourquoi n’ont-ils pas pu mettre en oeuvre et mener à terme la réalisation des actuels chantiers repris efficacement par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. »

De plus, étant, à l’époque et pour la plupart. Tout-puissants ministres d’Etat pour les uns, Premiers ministres pour d’autres et même beaux-parents du défunt président pour certains, l’opinion ne cesse de se poser des questions sur « ce que ces supposés néo-leaders de l’opposition et ex-hiérarques de l’Etat ont pu faire des fonds publics dégagés jadis pour la réalisation de toutes les infrastructures sanitaires, scolaires, sportives, routières, aéroportuaires, portuaires, ferroviaires, énergétiques, hydrauliques, de communication et des télécommunications programmées pour la modernisation du pays. »

Sans oublier que, dans ce faux débat que veulent entretenir ces néo-opposants, l’on comprend mal pourquoi ceux-ci n’édifient pas les citoyens gabonais sur la destination prise par les différents fonds qu’allouait annuellement l’Etat pour la réalisation des diverses infrastructures de développement inscrites dans le cadre de la célébration des « fêtes tournantes de l’Indépendance ».

Lesquelles infrastructures devaient, selon feu le président Omar Bongo Ondimba l’initiateur de ces fêtes tournantes du « 17 août », « promouvoir les meilleures conditions d’embellissement et de modernisation de tous les centres urbains du pays ainsi que d’aménagement harmonieux global de l’ensemble du territoire national. »

Le tout assorti de la consolidation des bases d’un développement intégral, équilibré et durable de la totalité des provinces, départements et communes que compte le Gabon.

Aussi, c’est donc toute honte bue que les néo-opposants Myboto, Mba Obame, Eyéghé Ndong, Oyé Mba, Bourdès Ogouliguendé, Maganga Moussavou et consorts assistent à la reprise effective desdits projets par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba. Lequel les met efficacement en oeuvre, fait avancer les travaux sur les chantiers et les réalise au fil des temps.

L’actuel président de la République parvenant ainsi à réussir brillamment là où les Myboto et autres ex-hiérarques de l’Etat avaient visiblement et lamentablement échoué. Alors, que ceux-ci sont sans vouloir tricher avec la vérité des faits que le peuple gabonais connaît très bien.

En tout état de cause, leurs grossiers mensonges et vaines tentatives de s’approprier de manière éhontée une supposée paternité des anciens projets, initiés par feu Omar Bongo Ondimba et réalisés actuellement par l'actuel présiden t Ali Bongo Ondimba ne les épargneront nullement du mépris des Gabonais.

De même qu’avec l’issue que prendront la fin et la publication des résultats des différents audits commis sur la gestion antérieure des grands chantiers du Gabon, les sieurs Myboto, Eyéghé Ndong, Mba Obame, Oyé Mba et bien d’autres qui étaient aux affaires, ne manqueront pas de répondre de leurs actes peu élogieux et posés à l’époque.

Toujours est-il qu’ils ne perdent rien pour attendre le moment où les conclusions de tous ces audits vont mettre à découvert tous ceux et celles qui, de près ou de loin se sont rendus coupables de malversation dans la gestion ancienne des avoirs financiers, des biens matériels, du patrimoine immobilier ou des projets de l’Etat.


| Commentaires (1) | 22:05 | |  Facebook | | | Tags : gabon, ali bongo, libreville, paris, france, bénin, sénégal, cameroun, congo, togo, mali, centrafique | | Lien permanent

Gabon: Insalubrité urbaine , rompre avec le laxisme d’antan

gabon,ali bongo,libreville,paris,france,bénin,sénégal,cameroun,congo,togo,mali,centrafique,


Actuellement et plus que par le passé, plusieurs grands centres urbains de notre pays croulent sous le poids de l’insalubrité et ce, particulièrement Libreville la capitale gabonaise.

Principal responsable de cette triste situation et selon plusieurs observateurs: « le patent laxisme dont font preuve certaines administrations publiques face à l’incivisme des citadins et aux défaillances des prestataires de services commis à la tâche de collecter, traiter et valoriser les ordures.»

Et à l’évidence, il aura fallu la récente descente sur le terrain effectuée inopinément par le président Ali Bongo Ondimba, à travers certaines rues de Libreville et au marché Mont-Bouet, pour que des dispositions soient prises en vue de faire changer les choses.

Au demeurant, c’est à faveur d’une interpellation du ministre délégué à l’Intérieur, M. Aimé Popa Nzoutsi Mouyama, à l’Assemblée nationale, que l’on a appris que, « sur instruction du président de la République, le gouvernement va mettre en oeuvre un plan d’urgence destiné à débarrasser Libreville de ses tas d’immondices enlaidissant la capitale nationale. »

Un plan d’urgence dit de 3ème génération, financé par l’Etat et mettant à contribution plusieurs opérateurs économiques, Organisations non gouvernementales ainsi que les forces de défense et de sécurité.

Ce dans la mesure où, pour certains, « la mairie de Libreville et la Société de valorisation des ordures ménagères du Gabon (SOVOG) ont largement étalé leurs limites dans la jugulation de l’insalubrité et l’embellissement d’une ville qui ne fait que s’étendre davantage. »

Aussi, un tel plan d’urgence ne peut prospérer durablement que si les différents acteurs impliqués réussissent à rompre réellement avec les attitudes laxistes d’antan.

Lesquelles se traduisaient par le fait que les autorités municipales n’arrivaient pas à rappeler à l’ordre ou à sanctionner tous ceux qui enlaidissent la ville.

Notamment, les populations qui jettent leurs ordures ménagères hors des bacs et ne nettoient pas les abords de leurs habitations. Idem des commerçants et marchandes qui vendent sur les trottoirs et n’entretiennent pas ceux-ci.

Tout comme les garagistes, menuisiers, frigoristes et autres artisans déversant leurs ordures solides sur les bascôtés des voies publiques ou dans les caniveaux et canaux d’évacuation des eaux.

Autre acteur important dans la mise en oeuvre de ce plan d’urgence: l’Etat gabonais qui doit revoir de fond en comble l’ancienne convention signée avec la SOVOG et diversifier ses partenaires dans la gestion des ordures au niveau des communes voisines de Librevi l le et d’Owendo.

Car, au stade actuel et sans matériel qualitativement et quantitativement conséquent, la seule SOVOG ne peut plus donner entière satisfaction.

De même que, la décharge de Mindoubé étant actuellement saturée, l’Etat et la municipalité doivent tout faire pour octroyer aux sociétés concernées des terrains où elles pourront déverser, traiter ou valoriser l’ensemble des ordures ménagères et déchets solides collectés.

Encore que dans ce cadre précis, un accent particulier doit être mis désormais sur le volet lié à la valorisation des ordures et ce, en vue de transformer celles-ci en engrais et autres produits marchands propices à la diversification économique.

Autant dire que les instructions du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba doivent être respectées à la lettre, étendues à toutes les villes gabonaises et traduites dans les faits le plus rapidement possible.

Ce afin que nos centres urbains retrouvent leurs lustres d’antan, se développent harmonieusement et préservent les populations locales de tous risques de fléaux sanitaires suscités par l’insalubrité publique.

Reste en fin à ce que l’Etat et les autorités municipales mettent de plus en plus la pression sur les entreprises commises à la réalisation des travaux d’aménagement des divers bassins versants et autres canaux destinés à faciliter l’écoulement des eaux et à éviter les inondations.


| Commentaires (0) | 21:42 | |  Facebook | | | Tags : gabon, ali bongo, libreville, paris, france, bénin, sénégal, cameroun, congo, togo, mali, centrafique | | Lien permanent

18/12/2011

Gabon: LECTURE ET LEÇONS D'UNE ÉLECTION !

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

La cause a été entendue et bel et bien entendue !

Les actes posés par le Président Ali Bongo Ondimba en deux ans de mandat, les réalisations visibles , même pour ceux qui refusent de voir la réalité en face, la confiance des populations en son Chef qui a une vision, un projet de société, des programmes et des ambitions pour le pays et une volonté sans équivoque de faire bouger les lignes et d'inscrire de nouveaux paradigmes, ont fini par convaincre les plus sceptiques.

Oui le scepticisme existe alimenté et conforté par une caste politique incapable de voir plus loin que ses intérêts propres et immédiats, rentière et obnubilée par les postes et sinécures.

Ces opposants de la toute dernière heure qui ont joui de tous les honneurs et biens de la République sont ceux là qui avaient appelé au boycott, proféré des menaces, promis la terreur.

Ce sont ceux là même qui des décennies durant ont occupé toutes sortes de postes et ministères et qui aujourd'hui déplorent le manque de logements, l'absence d'infrastructures routières, sociales, économiques durables.

C'est cette manière de faire la politique et cette gente qui croit que tout lui est due que les Gabonais viennent de sanctionner et d'exclure du jeu politique.

Gabonaises et Gabonais viennent de les départager avec un Président volontariste à souhait, proche de ses concitoyens, qui a pris le temps de faire le tour des provinces et départements du pays, fidèle à une promesse de campagne mais aussi par devoir et nécessité.

Cela les populations y ont été sensibles car témoins des transformations graduelles qui se font dans leur quotidien, lentement, sûrement, durablement.

Un proverbe africain dit que lorsque celui qui vous promet le diner vous donne déjà le petit déjeuner, le déjeuner et le gouter, vous avez des raisons de lui faire confiance.

Il n'y a pas un seul secteur de la vie nationale, des fondamentaux que sont la bonne gouvernance, la justice, l'équité au volet économique, social, éducatif, culturel, sportif qui n'ait pas évolué dans le bon sens au vu et au su des populations.

C'est devenu une banalité dans les foyers, lieux de travail et lieux publics que d'entendre dire que si tous ceux qui, sur le tard, promettent monts et merveilles aux Gabonais, avaient fait un minimum de travail au lieu de leur propre promotion sociale et patrimoniale et surtout autant qu'Ali, comme on le nomme affectueusement, le Gabon aurait déjà été émergent.

Ces caciques et nihilistes de la politique politicienne n'avaient cure des préoccupations des populations. Bénéficiant de la confiance, de la générosité et de l'indulgence du défunt Président Omar Bongo Ondimba, ils n'en ont fait qu'à leur tête et pour leur poche. Cela s'appelle de l'abus de confiance pour dire le moins.

Les Gabonais n'étant point amnésiques et sachant distinguer la bonne graine de l'ivraie, hument le vent d'un profond changement dont les contours sont esquissés à travers de nombreux exemples :
° CNAMGS
° Hôpitaux
° Mesures pour l'Education : gouvernance, infrastructures, amélioration des statuts
Journée Internationale des Veuves
Réforme de l'habitat et guichet unique
Réalisations de la CAN 2012


L'issue des élections législatives ne pouvait être autre avec d'une part le camp présidentiel et son projet du Gabon émergent ainsi qu'une opposition responsable et patriote et d'autre part une opposition crypto-personnelle, tardive, sans offre alternative, médiocre, affabulatrice et divisée.

Une élection ne se gagnant pas sur ces bases, ces messieurs et certains de leur acolytes d'une prétendue société civile ont compris face à la marche de l'émergence qu'ils se feraient ridiculiser en allant à un scrutin transparent, avec le double des observateurs qui ont assisté aux présidentielles.

Ils savaient que toutes leurs théories et prétentions chimériques et fumeuses de victoire aux présidentielles allaient fondre comme beurre au soleil.

Quand on n'a pas de programme articulée autre que sans biométrie pas de vote alors qu'on a soi-même eu la responsabilité de mettre la biométrie en place, on ne peut guère convaincre ?

Quand on a été le Premier Ministre le plus incompétent du pays et du continent par les hasards de l'histoire, on arrive difficilement à se faire élire conseiller municipal, a fortiori député.

Quand on a été Ministre de la construction, des télécommunications et que sais-je encore et que l'on voit le passif légué aux jeunes générations, on ne peut pas claironner très haut.

Quand en toute lucidité on se rend compte qu'on a plus fort que soi en face et qu'on fait une alliance de circonstance au dernier moment pour espérer avoir des soupçons de chance d'accéder à la magistrature suprême, on se fait laminer.

De peur que l'histoire se répète et de plus belle manière, on fuit le terrain de la confrontation politique démocratique pour se réfugier derrière des menaces, des mensonges, le tribalisme et la haine, au mépris des valeurs fondamentales d'unité et de paix ; caractéristiques de notre pays.

Alors on prône le vandalisme, à défaut de conduire les troupes préposées au sale boulot.

Alors on fait le malade imaginaire tropical lorsque l'on tombe sous le coup de la loi et on envoie des photos pathétiques prises à son chevet pour subitement se retrouver en convalescence bavarde et inarticulée sur un plateau de télévision.

La chanson le dit : on vous connait, les Gabonaises et les Gabonais qui seuls décident de leur avenir vous ont connu et pratiqué et vous ont envoyé d'office à la retraite.

Le signal qu'ils ont émis en direction du Chef de l'Etat est un message de confiance, d'encouragement et d'espoir.

Oui il faut avancer sur les chemins de l'émergence, des réalisations programmées, conduites avec talent, transparence et efficacité sur l'étendue du territoire national.

Oui il faut chaque jour davantage faite face aux préoccupations de toutes couches de la population, répondre aux besoins exprimées, partager le confort et la prospérité, offrir des opportunités aux uns, aux autres, à tous.

Oui il faut rester fidèle au langage de la vérité en ne cachant pas les difficultés mais en les prenant en charge avec courage et détermination pour leur trouver des solutions conformes à l'intérêt général.

Oui il faut davantage de travail, d'efforts, d'imagination, d'organisation et de rigueur, chacun là où il sert la Nation.

Le Gabon change, le Gabon continuera à changer grâce à ce bail et contrat de confiance renouvelé, consolidé et étendu, sous la conduite d'Ali Bongo Ondimba, symbole d'un nouveau leadership.



MICHEL OGANDAGA

Gabon: ÉLECTIONS LÉGISLATIVES , LA VÉRITÉ DES CHIFFRES.

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

Certains cercles de l'opposition boycotteuse et en réalité craintive du verdict des urnes commence à se répandre sur le succès supposé du boycott ou de la pseudo abstention au cours des élections législatives.

Pour la vérité et au nom des principes de transparence démocratique et historique ,
voilà la réalité des chiffres :

De 1990 à 2011, le Gabon n'a vécu que quatre (4) élections à forte participation avoisinant des pics de 80% :

° législatives de 1990,
°
présidentielle de 1993,
° locales de 1996 (suite aux Accords de Paris)
° présidentielle de 2009;


Pour les autres scrutins, les taux de participation ont toujours été faibles:

° législatives de 1996 (26%);
° présidentielle de 1998 (34%);
° législatives de 2001 (13%); locales de 2002 (11%);
° présidentielle de 2005 (42%);
° législatives de 2006 (12%);
° locales de 2008 (16%);
° législatives partielles de 2010 (8%).


Ces faibles participations n'ont pas attendu que l'hooligan 1er André Mba Obame devienne opposant et qu'il aille faire les gros yeux sur le plateau d'Africa 24 et invite les Gabonais à rester chez eux.

En qualité de Ministre de l'Intérieur sa responsabilité ne saurait être occultée ni pour ces taux qu'il décrie alors qu'il était en première ligne, ni pour la non instauration de la biométrie en son temps.

Il n'a pas fallu aussi attendre que le chef du parti politique moutouki " ça suffit comme ça " Marc Ona Essangui s'active.

Pour le reste, l'hooligan 1er Mba Obame André nous avait publiquement promis, en " pesant ses mots ", qu'il disposait des " moyens pour empêcher la tenue de ce scrutin ".

La montagne a accouché d'une souris car par " moyens " nous n'avons vu que cette invite pathétique aux Gabonais de " rester chez eux " et des actes isolés de vandalisme.

C'est le spectacle permanent du ridicule.


M
ICHEL OGANDAGA 
http://michelogandaga.blog.fr/  

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA

Gabon: MENSONGE ÉHONTÉ ET GROTESQUE DE MARC ONA ESSANGUI

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

MARC ONA ESSANGUI CHEF DU PARTI POLITIQUE MOUTOUKI " ça suffit comme ça " TENTE DE RATTRAPER L'ECHEC DE LEUR APPEL AU BOYCOTT PAR UN TRAFIC DES CHIFFRES AVANT LES VRAIS RESULTATS .

En bon disciple de son tortionnaire d'alors Mba Obame André , le masochiste politicien en cagoule , Marc ONA ESSANGUI , a pondu un communiqué annonçant des chiffres préfabriqués et revendiquant un succès d'un boycott et d'une abstention qui n'ont existé que dans ses rêves et cauchemars les plus fous.

Ne représentant absolument rien d'autre si ce n'est sa propre personne, ce politicien cagoulé qui se cache sous le manteau de militant de la société civile prend ses rêves pour des réalités.

A part quelques actes de vandalisme d'un Myboto à Mounana ou d'un groupuscule d'hommes de main de son acolyte André Mba Obame, l'opposition qui promettait la terreur et la frayeur s'est simplement terrée et n'a d'autre ressource que d'utiliser son bras armé pour un communiqué sans impact ni incidence sur la majorité qui sera confirmée et consolidée au terme du scrutin au vu des tendances recueillies à cette heure.

Mar ONA ESSANGUI et ses vassaux ( Georges MPAGA , Dieudonnée MINLAMA MINTOGO , Alain MOUPOPA , Paulette OYANE ONDO ) sont les seuls et vrais hors-la-loi.

Si comme ils le prétendent par fanfaronnade ils ont pu convaincre 95% des Gabonais de se défourner du vote, il eut été plus facile de transformer cette majorité virtuelle et fictive en suffrages pour une majorité parlementaire.

Marc ONA et compagnie eux parlent et mentent de façon éhontée.

Ce sont les mêmes énergumènes qui disaient que le Gabon ne serait jamais prêt pour la CAN et dont les mentors se remplissent aujourd'hui les poches en faisant de la Can business ;

Ce sont les mêmes zozos qui nous promettaient l'enfer, feu et sang. Ils se sont terrés comme des lapins.

Il ne se passera rien sinon des gesticulations d'un groupuscule minoritaire, activiste, aigri d'amuseurs de galerie et élèves professionnels du ridicule.

Quand on n'a pas le courage et le sens civique d'aller aux compétitions électorales, on la boucle.

Les appels désespérés au soutien que vous n'aurez jamais ni des Gabonais, ni de la Communauté internationale sont peine perdue car tout ce que vous avancez est imagination, fabrication, prévarication et mensonge.

Ôtez le manteau civil et revêtez vos habits de politiciens véreux et couards.


QUE LE DIABLE VOUS EMPORTE !


MICHEL  OGANDAGA  
http://michelogandaga.blog.fr/ 

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA 

16/12/2011

Gabon: VOICI POURQUOI LES GABONAIS DOIVENT ALLER VOTER SAMEDI 17 DÉCEMBRE 2011 . VIVE LE PDG VIVE - VIVE ALI BONGO ONDIMBA .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

 

Quels sont les enjeux d'une élection dans une démocratie ? Pour tout électeur cette question est essentielle et amène une seule réponse valable : se prononcer sur les programmes présentés par les différents partis politiques. A condition que les partis politiques aient réellement des propositions pour le développement de leur pays et l'amélioration concrète des conditions de vie de leurs compatriotes.

Hormis une certaine opposition irresponsable et qui préfère se placer elle-même hors la loi plutôt que d'apporter sa pierre à la construction d'un nouveau Gabon, les Gabonais sont placés devant un choix très simple :
voter pour l'opposition républicaine historique rangée derrière la barrière de l'UPG mais qui ne propose pas grand-chose ou donner au chef de l'Etat la majorité dont il a besoin à l'Assemblée Nationale pour poursuivre son ambitieux programme de développement.

Parce que depuis qu'il a été élu le Président Ali Bongo Ondimba ne cesse de travailler et de mettre en œuvre le projet de société « l'Avenir en Confiance » qu'ont choisi les Gabonais, se montrant particulièrement attentif à respecter scrupuleusement ses promesses, les premiers résultats sont visibles pour chaque Gabonais.

Voici un rappel des mesures phares lancées par un Président, qui se distingue déjà dans l'histoire du Gabon comme étant celui qui a de loin initié le plus de réformes et de chantiers en un laps de temps aussi court, dans des domaines majeurs qui touchent directement l'amélioration des conditions de vie des Gabonais : la santé, l'éducation, les infrastructures de transport et le logement.

La Santé pour tous

Depuis son accès à la Présidence de la République gabonaise en 2009, le président Ali BONGO ONDIMBA a fait de la santé une de ses priorités. Les deux grands axes de cette politique sont la restructuration des services hospitaliers et l'extension de soins de qualité à tous.

La restructuration des services hospitaliers a lieu à l'échelle nationale : agrandissement, rénovation, modernisation. Elle vise également à renforcer le lien entre toutes les structures médicales (dispensaires, CHU nationaux, centres hospitaliers régionaux). L'objectif de ce maillage est d'écourter les temps de prise en charge des malades :

° le renforcement des capacités d'accueil de l'hôpital des armées

° le renforcement des capacités d'accueil du centre hospitalier de Libreville

° la spécialisation de l'hôpital Jeanne-Ebori, dans la santé maternelle et infantile

° la spécialisation du CHU d'Owendo dans la traumatologie et l'orthopédie

° la spécialisation du CHU d'Angondjé dans la cancérologie

° la rénovation et l'agrandissement du CHR Amissa Bongo près de Franceville

°
la création d'un CHU international à Lambaréné


De plus, chaque chef-lieu de département sera doté de son propre centre de santé afin de prendre en charge les malades des différents villages situés dans le rayon de ce dernier. La Coupe d'Afrique des Nations (CAN) agit d'ailleurs comme un accélérateur, dans la mesure où nombre des infrastructures de santé prévues à cet effet seront revalorisées et mobilisées au service des structures de santé locales. L'acquisition d'ambulances de réanimation et d'hélicoptères en province (Franceville) est une des marques de cette volonté de garantir le transport rapide des malades.

En matière de distribution et d'approvisionnement en produits pharmaceutiques, c'est un choix identique qui a prévalu. Il existe, dans chaque région, un office pharmaceutique régional à l'exemple de celui de Lambaréné, dont la mission est d'approvisionner les centres de santé. Le niveau national est assuré par la Pharmacie nationale, qui se charge d'assurer l'approvisionnement des pharmacies régionales.


L'extension de soins de qualité pour tous s'est matérialisée par :

° L'instauration en cours de la couverture vaccination et de l'assurance maladie par la Caisse Nationale d'Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS) pour tous les Gabonais ;

° L'établissement progressif de la gratuité des frais d'accouchement ;

°
La lutte contre le VIH/Sida : création de centres de traitement ambulatoire dans chaque province du Gabon, prise en charge des personnes vivant avec le VIH/Sida, gratuité du dépistage, mise en place d'un programme d'achat des médicaments antiviraux et prévention à l'attention des jeunes.



Une éducation de qualité

L'investissement dans ce secteur est considéré comme fondamental dans le processus de développement économique et social de tout pays. C'est pour cette raison que le Président en a fait un des grands projets de son mandat et une des pierres angulaires de son projet de société « l'Avenir en Confiance » avec pour objectif d'offrir une éducation de qualité au plus grand nombre.

Son premier acte fort a été d'organiser en mai 2010, les Etats Généraux de l'Education, de la Recherche et de l'Adéquation Formation-Emploi, afin de faire un diagnostic et une évaluation dans ce domaine. Il s'en est suivi un important programme d'investissements, actuellement en cours, dans le primaire, le secondaire et l'enseignement supérieur :

° Enseignement primaire : renforcement de la formation des enseignants, enseignement pré-primaire obligatoire, initiation aux sciences, à l'informatique et aux langues ;

° Enseignement secondaire : augmentation des capacités d'accueil avec la création de collèges et de lycées, priorité donnée à l'enseignement scientifique avec la création des lycées d'émergence scientifique.

°
Enseignement supérieur et recherche : création et décentralisation d'universités et de grandes écoles sur l'ensemble du territoire nationale (Université de Port-Gentil, Institut du Pétrole de Port-Gentil, Université d'Oyem spécialisé dans l'Agriculture, Ecole Nationale d'Administration (ENA) à Fougamou, Ecole Nationale des Arts et Manufactures (ENAM) à Mbigou, Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) à Koulamoutou, Ecole Nationale des Eaux et Forêts à Makokou et Institut National de la Poste, des Technologies, de l'Information et de la Communication(INPTIC), à Franceville).


A titre d'exemple, un vaste chantier a été entamé à l'Université Omar Bongo avec la construction en cours d'une nouvelle Bibliothèque Universitaire, un nouvel amphithéâtre, et de nouveaux logements.

Autre réforme majeure, la restructuration complète du système des bourses et stages. Répondant à la fois à la nécessité de lutter contre la corruption, d'améliorer les conditions d'étude des étudiants et de veiller à une meilleure adéquation entre formation et emploi, avec un accent mis sur les besoins de l'économie gabonaise. Les bourses ont ainsi été revalorisées de 25% au Gabon et de 10% en France.

A cela s'ajoute les initiatives menées par la Première Dame, Sylvia BONGO ONDIMBA. Sa fondation soutient la jeunesse à travers des actions éducatives complémentaires à celles des parents et de l'école. A cet effet la Première Dame a procédé à des distribution de manuels scolaires, fournitures, et calculatrices scientifiques dans différents établissements de la capitale...

Le développement des grandes infrastructures de transport

Indispensables pour le développement du Gabon et la diversification de son économie, l'Etat a énormément investit depuis 2009 dans les grandes infrastructures de transport sur l'ensemble du territoire national.

Priorité dans ce domaine, le réseau routier du Gabon est en pleine rénovation et extension avec l'accélération de la deuxième phase du PARR (Programme d'Aménagement du Réseau Routier). Les objectifs de ce programme sont :

° de doter le Gabon à l'horizon de 2016 de 3663 km de routes bitumées de qualité (soit 30% de son réseau routier) qui supportera 80% du trafic national de biens et de personnes ;

°
de développer les axes nord-sud et est-ouest ;

°
d'assurer les liaisons aux frontières avec le Congo, le Cameroun et la Guinée Equatoriale.


Les travaux actuellement en cours concernent 601 km pour un budget de 523,940 milliards XAF : route du Cap Estérias ; route Moanda – Bakoumba ; route Fougamou – Mouila ; route Ndendé – Lébamba ; route la Léyou – Lastoursville ; route Maiengué – Fougamou ; route Nationale 1 (PK 12 – Ntoum – Bifoun) ; route Tchibanga – Mayumba ; construction du pont sur la Banio.

Les travaux en voie de démarrage se portent sur 803 km pour un budget de 670,600 milliards XAF :
route Ndjolé – Médoumane ; route Akiéni – Okondja ; route Lalara – Koumaméyong ; route Port Gentil – Mandorové ; route Mouila – Ndendé ; route Ndendé – Tchibanga ; route Oyem – Mongomo ; route Alembé – Mikouyi et le contournement sud de Libreville (PK 15 – Owendo).

 

Le Gabon s’est par ailleurs doté d’un fonds spécialement dédié à la maintenance de l’ensemble de son réseau routier.

 

D’importants chantiers ont également été initiés pour le transport aérien (nouvel aéroport international de Libreville à Andémé ; agrandissement des aéroports de Franceville et Port-Gentil, création d’une nouvelle compagnie aérienne pour mieux assurer les liaisons internes) et au niveau des infrastructures portuaires (modernisation et agrandissement du port d’Owendo).

 


Le logement au cœur des priorités

 

Promesse phare du Président Ali Bongo Ondimba pendant la campagne électorale de 2009, la construction de 5 000 logements par an est sur le point de débuter. La restructuration de fond de l’ensemble de ce secteur en 2010 et 2011 va permettre de rattraper le retard initialement pris en repartant sur des bases saines. Les principales mesures dans ce domaine sont :

° le limogeage de l’ensemble du personnel du Ministère de l’Habitat pour mettre fin à une corruption généralisée et réorganisation du Ministère ;

°
la simplification de la procédure pour obtenir un titre foncier qui passe de 134 à 7 étapes la création de l’Agence Nationale de l’Urbanisme, des Travaux Topographiques, et du Cadastre ;

°
le nettoyage du cadastre avec la création de l’Agence Nationale de l’Urbanisme, des Travaux Topographiques, et du Cadastre ; - la création d’un Conseil National de l’Habitat pour coordonner et accélérer la construction des logements ;

°
la mise en place de plans d’urbanisme détaillés sur l’ensemble du territoire national pour améliorer l’environnement de vie (logement, routes, hôpitaux, écoles,…) dans les villes gabonaises.

 

Concrètement sur le terrain les premières zones de construction autour de Libreville ont été sélectionnées. Les travaux ont d’ailleurs déjà commencé au quartier d’Agondjé pour la création d’un quartier de « développement durable », unique en Afrique, qui se caractérisera par la mixité sociale et la mise en place de toutes les infrastructures socio-économiques dès le départ (routes, centres de santé, écoles, zones de loisirs). Un accord a d’ailleurs été signé avec le groupe américain International Development Corporation (IDC) pour financer la viabilisation des terrains pour 5 000 logements. En tout, 10 000 logements sociaux vont être prochainement construits : la moitié au nord de Libreville et l’autre en face de la Zone Economique Spéciale de Nkok.

 


Le sport

 

Enfin, à la veille de l’accueil par le Gabon de la Coupe d’Afrique des Nations, comment ne pas parler des nouvelles infrastructures dont se dote le pays et qui bien au-delà de la compétition continentale de football profiteront à la jeunesse et à tous les Gabonais, ainsi qu’au développement du tourisme :

° le nouveau stade omnisport de l’Amitié à Libreville d’une capacité de 40 000 places ;

°
la rénovation du stade de Franceville d’une capacité de 22 000 places ;

°
la rénovation du stade omnisport Omar Bongo Ondimba de Libreville qui est transformé en complexe sportif ;

°
6 stades d’entraînement dans les provinces de l’Estuaire et du Haut-Ogooué ;

° la construction d’un complexe sportif ultra moderne à Bongoville ;

°
6 résidences pour les joueurs ;

°
Plusieurs hôtels construits et rénovés à Libreville et à Franceville.

 


Voici donc brièvement présentés les chantiers majeurs pour les Gabonais lancés depuis près de deux ans par le chef de l’Etat et qui changent déjà le visage du Gabon. Voici un programme qui repose sur des réalisations concrètes que les Gabonais peuvent juger. Voici l’enjeu de ces élections et pourquoi il est essentiel pour chaque citoyen d’aller voter.

 

 

 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

 


Coalition du changement pour le Gabon

 


 

MICHEL OGANDAGA

14/12/2011

Gabon: Agression de l'Ambassadeur du Gabon aux usa , Le Pédophile Léon Obame risque 10 ans de prison .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

Un activiste gabonais a été arrêté parce qu'il aurait agressé l'Ambassadeur du Gabon au Nord-Ouest de Washington.

Leon Obame
, 45 ans, a été accusé d'agression d'un fonctionnaire étranger après que la police des Services Secrets des USA eu dit qu'il a frappé d'un coup de poing l'Ambassadeur Michael Moussa-Adamo lors d'une manifestation devant l'Ambassade vendredi.

Selon un rapport de l'arrestation,
Léon Obame fut l'une des six personnes qui protestaient à l'extérieur de l'Ambassade sise au 1630 Connecticut Avenue, NW. Léon Obame était vêtu d'un costume et criait à travers un mégaphone.

Autour de 11:30, l'
Ambassadeur Michael Moussa-Adamo est sorti de l'immeuble de bureaux qui abrite l'Ambassade lorsque Léon Obame lui a asséné un coup de poing et jeté à terre, selon les documents tenant lieu d'accusation.

Un témoin a dit aux policiers qu'il a observé l'Ambassadeur se faisant agressé et poussé sur une bicyclette avant d'atterrir dans la rue, indique la police.

Moussa-Adamo 
était couché sur le trottoir de la rue, tandis que Léon Obame a continué à crier sur lui tout en agitant un drapeau, a indiqué la police.

L'ambassadeur a subi une coupure sanglante sur le pont de son nez et un gonflement de la joue gauche.

La police des Services Secrets a menotté
Léon Obame et l'a placé à l'arrière de la voiture de l'équipe. À l'intérieur du véhicule, Obame a crié, " il m'a insulté. C'est pourquoi je l'ai frappé ", rapporte la police.

Léon Obame
n'avait pas été informé de ses droits (dits de Miranda) et il n'était pas interrogé lorsqu'il a fait la déclaration.

Obame a été accusé de voies de fait sur un agent étranger. Un mandat d'arrestation a été signifié le lundi, et un juge fédéral a ordonné que
Léon Obame soit détenu pendant trois jours. Il y aura une audience de détention prévue pour mercredi (14 décembre).

Il risque jusqu'à 10 ans de prison s'il est condamné.

Plus tôt cette année, Léon Obame a été un des quatre signataires qui a envoyé une lettre au ministère d'Etat prétendant être au nom de la communauté gabonaise des États-Unis et demandant le retrait de Eric Benjaminson comme l'Ambassadeur des États-Unis au Gabon.

Moussa-Adamo a été nommé ambassadeur du Gabon aux États-Unis en septembre. Moussa-Adamo a obtenu une maîtrise à l'Université de Boston et, a une fois travaillé comme consultant pour le World Wildlife Fund à D.C.

 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

 

Source : Koaci


MICHEL OGANDAGA  
 http://michelogandaga.blog.fr/  http://sylviabongondimba.blog.fr/

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA  http://www.presidentalibongo.com/

http://www.fondationsylviabongoondimba.org/  https://legabonemergent.nordblogs.com/

Gabon: Activités présidentielles, Ali Bongo Ondimba sur plusieurs chantiers ...

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

Comme à son habitude, le chef de l'Etat a pris tout le monde de court lundi matin en allant s'enquérir de l'état d'avancement des travaux de réalisation de certains projets.

C'est ainsi qu'il a été tour à tour à
Kango (palmeraie), Owendo (complexe industriel de la SNBG) et à l'Université Omar Bongo (nouveaux bâtiments).

A Kango, le chef de l'Etat est allé s'enquérir de l'évolution de la palmeraie, un projet qui a fait l'objet d'un accord entre le groupe singapourien Olam et l'Etat gabonais.

C'est pour la deuxième fois, en l'espace de quatre mois, que le président de la République effectue un déplacement sur ce site après celui du mois d'août dernier, quand il avait mis en terre un plant de palmier.

La réalisation de ce projet a débuté en mai dernier, avec l'aménagement d'une pépinière de 900 plants, s'étendant sur 7000 hectares. Le site intègre un espace de planting, de logements destinés aux employés et d'autres commodités.

Ce projet, qui participe déjà à la résorption du chômage, avec environ 250 emplois créés, devrait, en principe, déboucher en 2014 sur les premières récoltes de régimes de noix de palme.

A Owendo, Ali Bongo Ondimba a pu apprécier l'état d'avancement des travaux de construction du complexe industriel de la Société nationale des bois du Gabon (SNBG).

Un projet qui s'inscrit dans le cadre des mesures prises lors du Conseil des ministres délocalisé de Port-Gentil.

On se rappelle, en effet, que cette décision prise à la suite de certains manquements constatés dans l'application du Code forestier par les opérateurs, visait à lancer le Gabon sur la voie de la transformation locale de sa production forestière, conformément à la politique de l'émergence prônée par le chef de l'Etat.

Ainsi, à travers les mesures prises dans la capitale économique du pays, le n°1 gabonais invitait-il les dirigeants de la SNBG à réfléchir et à lui présenter un plan d'industrialisation qui tienne compte à la fois de sa propre production forestière et de celle des petits et moyens exploitants forestiers nationaux.

Ce plan a été validé le 29 mars 2010, et il revenait donc à la société de le matérialiser sur le terrain.

Sur place à Owendo lundi 12 décembre 2011, le président de la République a notamment visité trois chantiers de construction d'unités de transformation du bois dont la portée économique est avérée.

Selon Serge Rufin Okana, l'administrateur directeur général de la SNBG, '' lorsque ces trois unités seront opérationnelles, elles permettront de produire jusqu'à 500 000 m3 de bois par an ''.

EMPLOIS DIRECTS •

Les emplois directs sont, quant à eux, estimés à 450. '' Nous avons déjà terminé la première usine de tranchage, qui compte trois lignes de tranchage pour une production annuelle de 15 000 m3. Cette unité devrait employer une centaine de Gabonais. La deuxième unité est consacrée au sciage. Elle devrait produire 72 000 m3 de bois fini et employer aussi une centaine de compatriotes. Enfin, la troisième unité sera consacrée au déroulage. Elle comptera deux lignes de déroulage et une presse à contre-plaqués '', a-t-il expliqué.

Et M. Okana de poursuivre : '' au niveau de la scierie, c'est-à-dire de la deuxième unité de transformation, nous sommes quasiment à la fin de l'installation du matériel. Nous en sommes au début au niveau de l'unité de déroulage. Au demeurant, nous nous donnons jusqu'en février pour commencer à tourner, notamment sur la première unité de transformation ''.

En dernière heure enfin, le chef de l'Etat s'est rendu à l'UOB. Il s'agissait pour lui de voir à quel stade se trouvent actuellement les travaux de construction de dix bâtiments devant comporter deux salles de classe chacun avec une capacité d'accueil de 144 étudiants.

En gros, ces édifices permettront d'accueillir 2 800 étudiants.

Par la même occasion, le président de la République a pu apprécier l'état d'avancement des travaux de construction d'un auditorium qui a pour vocation d'accueillir 1 500 étudiants.

Le chef de l'Etat a saisi l'opportunité de cette visite de chantier pour échanger avec les étudiants.

Lesquels ont, au cours de cette rencontre, abordé la question de la fermeture du restaurant universitaire, évoqué avec lui celle liée à l'interdiction du port du jean, et les dispositions relatives aux critères d'obtention des bourses, etc.



MICHEL OGANDAGA  http://michelogandaga.blog.fr/  http://sylviabongondimba.blog.fr/

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA  http://www.presidentalibongo.com/ 

http://www.fondationsylviabongoondimba.org/ https://legabonemergent.nordblogs.com/ 

13/12/2011

Gabon - Nos Panthéraux à l'honneur au Palais Présidentiel : Discours du Président Ali Bongo Ondimba .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal


Chers Joueurs et Dirigeants de l'Equipe Nationale de Football des moins de 23 ans,

Mesdames et Messieurs

L'occasion est agréable et symbolique de nous retrouver ici ensemble pour célébrer la victoire conquise de haute lutte et en mouillant véritablement le maillot en finale du Championnat d'Afrique des Nations de Football des moins de 23 ans. .

Voilà qui confère à notre pays un premier titre tant convoité de Champion d'Afrique des moins de 23 ans de la discipline sportive la plus populaire du Continent ;

Au-delà de ce titre remporté face à des équipes dont les Séniors seront de la partie bientôt sur nos terres dans le cadre de la CAN 2012, votre victoire et votre trophée, au-delà de la joie qu'ils nous procurent sont des leçons et des symboles.

D'abord c'est la preuve que tout ce qui a priori paraît impossible est à portée de main et devient possible grâce à l'effort et à la persévérance.

C'est ensuite l'illustration que soudés, unis et tournés vers un même idéal nous pouvons atteindre des résultats élogieux dans tous les domaines et l'excellence qui est la marque des grandes Nations, notamment dans ce domaine tant prisé du sport, école de vertu, d'épanouissement et vitrine de notoriété.

En ayant défendu âprement et avec talent et fair-play, les couleurs de notre pays, vous avez assuré par la même occasion, la qualification aux Jeux olympiques (JO) de Londres-2012 au sein du quarté qui , nous l'espérons avec une 4éme équipe africaine qualifiée après les barrages, représentera notre continent.

C'est dire qu'armés de confiance en vos capacités, de patriotisme, vous avez su démontrer que l'impossible est à portée pour les âmes bien nées dirait l'autre, motivées ajouterai-je.

Vous donnez ainsi un signal fort et l'exemple à vos aînés de l'équipe nationale des Panthères à quelques semaines du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des Nations 2012 que notre pays co-organise et accueille avec la République sœur de Guinée Equatoriale.

Vous montrez le chemin à chacun de nos compatriotes, celui du succès qui n'est pas forcément tributaire de l'importance des moyens mis en œuvre car vous n'en avez pas eu d'énormes, nous le savons.

C'est la leçon du courage, du travail, de l'orientation vers l'atteinte des objectifs, j'allais dire de l'obnubilation par le succès dans chaque activité entreprise.

En étant assuré que vous nous donnerez d'autres motifs de joie et de satisfaction, je vous transmets à tous, à mon nom personnel, et au nom de tous nos compatriotes, nos vives félicitations et nos encouragements pour les prochains rendez-vous.

Merci pour la leçon d'efficacités, d'unité, de foi en soi, de conscience collective et de patriotisme que vous nous inculquez, aux uns et aux autres, bref à tous.

Vive le Gabon uni, solidaire, performant et résolument engagé sur les boulevards de l'émergence.



S.E. Ali Bongo Ondimba , Chef de l'Etat , Président de la République Gabonaise



 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal




MICHEL OGANDAGA 
http://michelogandaga.blog.fr/  http://sylviabongondimba.blog.fr/

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA  http://www.presidentalibongo.com/

http://www.fondationsylviabongoondimba.org/  http://legabonemergent.blogs.nouvelobs.com/

12/12/2011

Gabon: Agression de l'Ambassadeur par le Pédophile LEON OBAME , réaction d'indignation de toute la classe politique .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

CLIQUEZ SUR CHAQUE IMAGE POUR L'AGRANDIR ...

Gabon: Agression de l'Ambassadeur par le Pédophile LEON OBAME , réaction du Gouvernement .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR ....

Gabon : LE PÉDOPHILE LEON OBAME DEVANT LE JUGE CE MATIN .

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

CLIQUEZ  SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR .... 

10/12/2011

LE PÉDOPHILE LEON OBAME ARRÊTÉ APRES AVOIR VIOLEMMENT AGRESSÉ L'AMBASSADEUR DU GABON AUX USA .

gabon, ali bongo, michel ogandaga, libreville, paris, bénin, burkina faso, burundi, cameroun, cap-vert, république centrafricaine, république du congo, république démocratique du congo, côte d'ivoire, guinée équatoriale, mali, niger, nigeria, sénégal

LEON OBAME , LE PEDOPHILE ARRETE 

gabon,ali bongo,michel ogandaga,libreville,paris,bénin,burkina faso,burundi,cameroun,cap-vert,république centrafricaine,république du congo,république démocratique du congo,côte d'ivoire,guinée équatoriale,mali,niger,nigeria,sénégal

CLIQUEZ SUR L'IMAGE POUR L'AGRANDIR ...

 

 

MICHEL OGANDAGA  http://michelogandaga.blog.fr/  

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA    http://legabonemergent.blogs.nouvelobs.com/

30/11/2011

LE GABON ÉMERGENT EN ACTION : L'EDUCATION ...

 gabon, ali bongo, sylvia bongo, michel ogandaga, libreville, paris, bénin, burkina faso, burundi, cameroun, cap-vert, république centrafricaine, république du congo, république démocratique du congo, côte d'ivoire, guinée équatoriale, mali, niger, nigeria, sénégal

Préocupation constante du Chef de l'Etat , L'éducation fait partie intégrante du Projet de Société " l'Avenir en Confiance " du Président Ali Bongo Ondimba.



MICHEL OGANDAGA http://michelogandaga.blog.fr/  http://sylviabongondimba.blog.fr/

https://www.facebook.com/MichelOGANDAGA  http://www.presidentalibongo.com/  

http://www.fondationsylviabongoondimba.org/